La Terre n’a pas besoin d’agriculteurs mais de paysans

La Terre n’a pas besoin d’agriculteurs mais de paysans

Alors que je jouais avec mes filles cette semaine, j’ai ressenti une tristesse infinie en regardant des dominos tomber en cascade les uns sur les autres. Cela m’évoquait l’apocalypse à laquelle nous sommes en train d’assister : notre pays qui s’écroule, jour après jour, secteur après secteur. D’abord la fermeture des écoles et des crèches, puis celle des lieux publics et maintenant celle des entreprises qui tirent le rideau les unes après les autres.

Nourrir nos concitoyens : une injonction en temps de crise

Au milieu de ce chaos, quelques ilots continuent à survivre au premier rang duquel les agriculteurs. Au delà du fait que nous n’avons pas le choix (les animaux ont besoin d’être nourris et traits tous les jours …) nous avons été exhortés par nos clients à poursuivre notre activité. De nombreux messages nous sont en effet parvenus pour nous dire que les magasins comptaient sur nous, que les Français avaient besoin de nous. Ces messages nous ont fait chaud au cœur (je l’avoue) mais surtout ils nous ont fait réaliser à quel point les agriculteurs occupent un rôle essentiel dans notre société. Sans eux, sans hommes et femmes produisant chaque jour le pain quotidien, c’est un pays tout entier qui s’écroule.

La terre a besoin de paysans, pas d’agriculteurs

Ceci dit, il y a agriculteur et agriculteur et la crise que nous traversons est là pour nous le rappeler. La virulence de cette pandémie n’a d’égal que la maltraitance que nous avons fait subir à la nature en recourant à des pratiques agricoles intensives, polluantes et mortifères. De mon point de vue, mais ce n’est que mon point de vue, la nature nous rappelle à l’ordre et il est urgent de l’entendre. Ce n’est donc pas d’agriculteurs dont la terre a besoin mais de paysans, d’hommes et de femmes qui prennent soin de la terre parce qu’ils la connaissent, l’aiment et la respectent. Qui travaillent en coopération avec elle dans un esprit de gratitude et non de prédation.

Paysan : un métier déconsidéré

Paysan est un métier éminemment complexe qui requiert une multitude de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être : savoir observer la nature, savoir lire ses signes, savoir ajuster en permanence ses actions afin d’être au plus près de ce qu’elle demande. Et surtout être humble, conscient de la petite place que nous occupons en tant qu’hommes dans le grand ensemble de la nature. Comme le dit très bien Pierre Rabhi, paysan est un des métiers les plus difficiles qui soit et qui, alors qu’il devait bénéficier d’une très haute respectabilité, n’est absolument pas considéré par nos politiques et nos concitoyens[1]. Etre paysan c’est admirable (on nous le dit souvent) mais peu de gens sont prêts à franchir le pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est dur et, surtout, parce que ce n’est pas reconnu comme une réussite sociale.

Puisse ce temps de crise nous apprendre à décaler notre regard et à voir que rien n’est plus important ni plus respectable que celui qui nourrit les autres en toute humilité.

[1] https://www.franceculture.fr/emissions/series/pierre-rabhi-lhomme-colibri

Cet article a 1 commentaire

  1. Nathalie Fernandez

    Et oui tu as tout résumé !!! Surtout la fin du texte “” réussite sociale “” au vu que maintenant ce n’est que le paraître, et surtout “”le pognon,le pognon,le pognon…”
    Nos grands-parents étaient agriculteurs et cultivaient des choux,des artichauts, la vigne,et toute ces denrées partaient en métropole pour faire vivre les “”français de France “” comme ils le disaient.
    Ce jour aux infos ils demandent aux 73 000 personnes qui ne travaillent pas,d aller aider les agriculteurs dans les champs,afin de ramasser les denrées qui périssent, combien d’entre nous vont y aller ???
    Je t embrasse ma cousine,et prends soins de toi et de ta famille dans cette terrible épreuve, au fond de laquelle nous sortirons meilleurs, enfin je l’espère !!!!

Laisser un commentaire